Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 février 2008 3 27 /02 /février /2008 22:51
mengo.jpg

Art Mengo était l’invité de Thierry Buffetaud les 4 et 11 juin 2004 dans le cadre de l’émission « Sold FM ».
Il participait au festival « Musiques à Piles » organisé dans un village de Gironde. Après la sortie de son dernier album en 2003,
« La vie de Château » il fait une tournée de plusieurs mois en France…

Thierry Buffetaud : Tu  participes à un festival original qui ose mélanger les styles : rock et chansons à texte, flamenco et musique traditionnelle basques…ça te plait de participer à des regroupements de ce type ?

Art Mengo : C’est intéressant, nous pouvons y rencontrer des publics qui ne pourraient pas nous voir ailleurs. Je vous avoue que je connais bien la région du Libournais , mon cousin est de Franc et il fait du vin. C’est toujours un plaisir pour moi que de venir dans
cette région qui est sublime. 

Thierry : Tu es de Toulouse, une vraie terre d’inspiration : Claude Nougaro, Zebda et tant d’autres sont de Toulouse.
Cette ville t’a vraiment inspiré ?

Art Mengo : Je ne sais pas, par contre c’est vrai qu’il y a dans cette ville des structures pour enregistrer depuis longtemps. Il y a des gens comme les Gold, sans oublier Claude Nougaro qui viennent de là. A une époque il y avait des structures qui permettaient à des jeunes de s’exprimer avec de la musique et j’en faisais partie. C’est aussi une ville d’étudiants, et en première ou deuxième année certains s’arrêtent pour faire de la musique, j’étais dans ce cas. Il y a des étudiants reconvertis dans la musique.

Thierry : Bernard Merlet qui est le directeur artistique du festival disait qu’il essayait de faire venir des artistes qui mettent du sens à leur travail de création, plutôt que de soigner leur image. Pour lui c’est ton cas, tu passes beaucoup de temps à la création,
plus qu’à courir les chaînes de télévision ?

Art Mengo : C’est pour moi très naturel, composer est une passion. J’ai envie d’aller jusqu’au bout de ce qui m’anime, et je mets du temps pour faire les choses. J’aime le chemin de la création et pas juste le résultat, j’aime m’enfermer avec des mots et essayer d’habiller ces mots de musique. Je passe beaucoup de temps enfermé dans « mon laboratoire », mais c’est un réel plaisir. J’aime autant travailler en studio, à des enregistrements ou des arrangements, qu’à être en public. Ces dernières années j’ai passé 6 ans à travailler en studio et c’est vrai que la rencontre avec le public m’a manqué. J’ai donc souhaité refaire de la scène et longtemps pour que mon métier soit plus concret. Lorsque je suis derrière un micro et face à un public j’ai l’impression de vivre une émotion immédiate et un échange. Je me suis demandé si le dernier album n’est pas un prétexte à revenir sur scène.

Thierry : Sur scène tu proposes des arrangements et non la copie conforme de l’enregistrement ?

Art Mengo : Avec cet album c’est un peu différent. J’ai voulu l’arranger  pour qu’il soit facilement transposable sur scène. Les titres sont faciles à jouer et je me retrouve avec une formation classique : batterie, basse, guitare et moi j’alterne entre clavier et guitare et il y a un accordéoniste qui joue d’autres instruments aussi. 

Thierry : Tu as composé pour beaucoup d’artistes comme Johnny Hallyday, Florent Pagny, Henri Salvadore…Quand tu composes pour eux tu essaies de te mettre à leur place ?

Art Mengo : C’est très difficile, j’essaie de me mettre un peu à leur place, je me plonge dans leur univers en écoutant leurs albums. Ces derniers temps je fais autrement pour ne pas faire du sur mesure. Une bonne chanson reste une bonne chanson. Je me suis dit ça
en travaillant sur « orange amer » la chanson pour Enrico Macias. Je me suis rendu compte que je pouvais aussi la chanter, que les chansons sont inter-changeables. Quand on me demande si je me programme pour faire des chansons pour Johnny, oui je vais faire des choses que je ne ferais pas pour moi, je m’oblige à ouvrir des portes qui ne sont pas valables pour d’autres univers. Je me suis quand même rendu compte qu’une belle chanson reste une belle chanson. Je me retrouve dans mon dernier album avec une chanson « l’enterrement de la lune » écrite au départ pour Juliette Gréco. 

Thierry : Ton nouvel album « la vie de château » comporte une chanson qui rend hommage à Claude Nougaro, tu l’as écrite quand ?

Art Mengo : 3 ans avant sa mort, il n’était même pas malade à ce moment là. Je lui avais fait part de cette idée même si quand on se croisait, on ne se disait pas ce que l’on pensait l’un de l’autre. Je suis passé par cette chanson pour lui avouer mon admiration, j’ai bien fait de le faire de son vivant. Je lui ai envoyé la chanson, il m’a envoyé un petit mot. Je ne regrette pas de l’avoir faite avant sa disparition, et depuis je dédie tous les concerts de cette saison à Claude qui m’a beaucoup inspiré.

Thierry : Art Mengo merci. 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Thierry B
  • : J'ai enregistré différents artistes pour des émissions radiophoniques... J'ai eu envi de les mettre en ligne sur ce blog tout simplement pour faire partager ces moments de rencontres...
  • Contact

Recherche

Liens